Première mondiale : des chirurgiens anglais greffent un foie non congelé, « chaud »

29 Mar

La transplantation hépatique se fait aujourd’hui avec un foie congelé, prélevé quelques heures auparavant sur un donneur. Il doit être greffé dans les 12 heures suivant le prélèvement, sinon il devient inutilisable. De plus, la congélation peut l’endommager et faire échouer la greffe.

Depuis 15 ans, les professeurs Constantin Coussios et Peter Friend mettent au point une machine qui permettrait de maintenir le foie en vie plus longtemps et dans de meilleures conditions, après son prélèvement et avant sa transplantation. En février, grâce à cette machine, ils ont réussi à effectuer deux transplantations d’un foie « chaud ». 

Retour sur une avancée qui pourrait améliorer prochainement la disponibilité des greffons et donc permettre un meilleur accès à la greffe.

Une machine permettant de maintenir le greffon dans de bonnes conditions physiologiques.

Une machine qui mime les fonctions corporelles nécessaires à la survie du foie.
Les professeurs Constantin Coussios et Peter Friend, du département de sciences chirurgicales de l’Université d’Oxford, travaillent depuis 1994 sur la machine en photo ci-dessus. Elle a été conçue pour créer un environnement imitant le corps autour du foie, fournissant de l’oxygène et des nutriments à des débits physiologiques et à une température égale à la température corporelle normale (37 °C).

Comme vous pouvez le constater sur le schéma ci-dessous, légendé en anglais et provenant du site de la société OrganOx,  cette machine permet d’enrichir le sang provenant du foie en oxygène, mais aussi en héparine, insuline, sels biliaires, prostacyclines et nutriments, puis de le réinjecter dans le foie, qui va alors produire, comme dans le corps humain, de la bile… Les paramètres hémodynamiques, métaboliques et la production de bile sont surveillés en permanence par des capteurs (« sensors« ), ce qui va donner au chirurgien des informations précises sur le fonctionnement et la viabilité de l’organe à 37 °C avant de le transplanter.

 

En pratique, il faut brancher le foie prélevé sur les tuyaux, et la machine fait le reste. Vous pouvez observer la manière dont ce branchement s’effectue sur la vidéo présente au début de cet article. « C’est  impressionnant de voir un foie, tout d’abord gris et froid, s’empourprer une fois relié à notre machine et fonctionner comme il le ferait à l’intérieur du corps« , s’enthousiasme le professeur Constantin Coussios, l’un des inventeurs de cette machine (« empourprement » visible à la fin de la vidéo).

Première mondiale : deux foies transplantés après avoir été maintenus en vie à 37 °C hors du corps
Le Dr Wayel Jassem a greffé, en février 2013, deux foies qui avaient été maintenus en vie par la machine d’OrganOx. Ces deux interventions ont eu lieu à l’hôpital du King’s College de Londres.

Ian Christie, 62 ans, la première personne greffée, n’avait, selon les estimations de ses médecins, que 12 à 18 mois à vivre, en raison d’une cirrhose au stade terminal.  Or, c’est à peu près le délai d’attente pour un foie dans ce pays, ce qui exposait donc ce patient à un risque de décès, pour peu que la disponibilité d’un greffon tarde. « L’attente était horrible« , se souvient Ian Christie. « Parfois j’oubliais l’attente de la greffe, mais alors j’apercevais mon sac dans un coin de ma chambre que j’avais préparé pour partir à l’hôpital en urgence… Vous attendez que le téléphone sonne, en vous demandant «Est-ce qu’ils vont enfin m’appeler ?« .

Et puis le téléphone a sonné et Ian Christie a pu être greffé avec un foie « chaud« , dont les fonctions avaient été vérifiées. De fait, plusieurs semaines après la transplantation, Mr Christie se « sent mieux que ce qu’il a vécu depuis 10-15 ans« , et « tellement vivant« .

Découvrez ci-dessous le reportage de la BBC, qui a interviewé Ian Christie, le Pr Peter Friend et le Dr Wayel Jassem :

Maintenir en vie le foie plus de 24 heures pour maximiser les chances de survie du patient
Pour le Dr Wayel Jassem, qui a donc réalisé les deux transplantations, « il ya toujours une énorme pression pour obtenir un foie compatible avec le patient dans un espace de temps très court. Pour la première fois, nous avons un dispositif qui est conçu spécifiquement pour nous donner plus de temps pour tester le foie, pour aider à maximiser les chances du bénéficiaire d’obtenir un résultat positif« .

Or l’utilisation de cette machine peut maintenir en vie et au chaud le foie pendant plus de 24 heures, contre seulement quelques heures avec la congélation.

Des organes moins endommagés et donc davantage utilisés
Outre cet allongement de la durée d’utilisation potentielle d’un foie prélevé sur donneur, cette technique permet d’optimiser les chances de réussite fonctionnelle de la greffe.

Le Pr Peter Friend, co-inventeur de la machine, rappelle en effet que le froid utilisé pour congeler, s’il ralentit le métabolisme, « ne permet pas d’empêcher les détériorations progressives de l’organe« . De plus, s’il était déjà endommagé, la privation d’oxygène risque d’accentuer encore ces dégradations.

Alors qu’avec cette technique, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, les conditions physiologiques sont maintenues et évaluables en permanence.

Cette technologie promet donc « d’assurer la qualité d’organes qui autrement seraient jetés« , se réjouit le Pr Friend. « Cela pourrait augmenter le nombre de transplantations sans augmenter les risques. Cela fera une réelle différence pour le sort des patients sur liste d’attente sans nécessiter de changement dans les pratiques actuelles de dons« .

Actuellement, environ 1 patient sur 4 en attente de greffe du foie décède et 2000 foies donnés sont inutilisables
Environ 13 000 greffes de foie sont réalisés chaque année en Europe et aux États-Unis. Mais, selon le directeur d’OrganOx, Les Russell,  « 30 000 patients sont sur liste d’attente et jusqu’à 25% de ces patients meurent en attendant une transplantation. Par ailleurs, plus de 2000 foies sont éliminés annuellement parce qu’ils sont soit endommagés par la privation d’oxygène ou parce qu’ils ne survivent pas à la congélation à cause d’un taux élevé de graisse intracellulaire« .

D’où l’importance potentielle de cette machine, du moins si elle s’avère aussi efficace lors des prochaines transplantations. Elle va en effet être testée prochainement sur 20 autres patients (étude clinique pilote). Si les résultats sont positifs, OrganOx sollicitera une autorisation auprès des autorités européennes. Cette machine étant automatisée, elle sera en théorie utilisable par des chirurgiens non formés spécifiquement pour l’utiliser.

« Cette technologie peut potentiellement devenir extrêmement importante et pourrait permettre de rendre davantage de foies disponibles pour la transplantation, et donc de sauver des vies« , résume le Dr Wayel  Jassem.

Sources et ressources complémentaires : 
– « World first: device keeps human liver alive outside body« , Université d’Oxford, 15 mars 2013 (article et video montrant le « branchement » du foie sur la machine)
– Le site d’OrganOx
– « First ‘warmed liver’ transplant takes place in London« , reportage de la BBC du 15 mars 2013, via YouTube

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :